2 ans sans toi…

Déjà tout ce temps passé sans toi…ça me semble encore irréel. Je t’aime mon coeur et pense à toi, pour toujours.

Je vous partage le texte que j’ai écrit pour mon beau Merlot, le jour de son départ.


J’ai tant de choses à écrire à ton sujet…par où commencer?

Je te revois la journée où nous sommes allés te chercher ENFIN, notre berger Shetland « blue-merle » (mais en réalité sable-merle) tant attendu. Du haut de tes 8 semaines, frais lavé avec un petit foulard bleu poudre au cou, tu es sorti de derrière le divan du salon des gens chez qui tu es né pour venir vers nous tout heureux. Tu avais toute ta vie devant toi…

Chien hyper-sensible qui ressentait beaucoup les émotions des autres, qui s’inquiétait facilement de tous et d’un peu de tout, toi qui savais charmer les femmes (particulièrement) et qui cherchait toujours à me faire rire quand j’avais du chagrin.

Tu es celui qui a subit toutes mes erreurs d’humaine qui ne parle pas chien et qui a fait preuve de tant de tolérance face à mon manque de connaissances du début face au langage et comportement canin. Heureusement, je me suis éduquée parce que j’ai voulu mieux te comprendre et je me souviens du déclic précis.

Lors d’un premier cours d’obéissance avec des méthodes arriérées, l’étrangleur au cou (plus jamais par la suite…ni pour toi ni pour aucun autre chien) dans une classe ou régnait stress et incohérence à cause d’un entraîneur incompétent et mauvais. Pendant ce cours, j’ai vu ton regard et je l’ai compris. En fait j’ai lu ta confusion. Comme si tu me demandais « mais qu’est-ce que je dois faire? » et moi j’étais tout aussi confuse que toi. Je me souviens avoir pleuré à chaudes larmes ce soir-là en rentrant à la maison, de t’avoir fait vivre ce chaos alors que je souhaitais débuter notre relation du bon pied. Et toi, tu posais ton magnifique regard (œil bleu, œil brun) sur moi, inquiet de me voir pleurer. Combien tu en as essuyé des bavures et des erreurs avec ton grand cœur.

Tu as également accueilli avec générosité toutes tes sœurs canines (avec un petit accro avec Basmati vite oublié) et tout récemment, Flocky et ses petits. Tu es un cœur sur 4 pattes et tu as aimé tes humains et tes compagnons animaux  de façon impeccable comme le bon berger que tu es.

Toujours joueur et heureux de partir en ballade, tes appels au jeu (tous) ont su conquirent mon cœur jusqu’à la fin, le tout dernier offert quelques jours avant ton départ…

Bien des choses se sont passées pendant ces presque 15 années mon Merlot, mon premier, mon irremplaçable. J’ai en ce moment juste envie d’aller m’allonger sous cette épaisse couche de neige qui nous est tombée dessus et ne me réveiller au printemps mais ce serait bien injuste pour ta mémoire et pour ton si bel entrain et joie de vivre. Je vais donc rester debout, continuer à t’aimer plus fort que nature (même si ta présence physique n’est plus) ainsi que d’aimer et veiller sur l’extraordinaire marmaille Marion-Otis.

Merci pour toutes ces belles années, pour tout cet amour et de m’avoir aidé à être une meilleure humaine.

Repose en paix mon majestueux loulou…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s